~ Jean de La Fontaine et ses Fables ~

Pendant les vacances d’Hiver 2018, Rose, qui est en Sixième, devait produire un travail en Français sur les Fables de Jean de La Fontaine.

Voici les consignes qui ont été données par son professeur :

« A partir de tes lectures personnelles des Fables de La Fontaine, tu réaliseras un recueil de tes fables préférées.

Tu regrouperas dans ce recueil au moins quatre fables en indiquant pour chacune les raisons pour lesquelles tu l’as choisie.

  • Tu développeras davantage ton avis sur ta fable préférée (en respectant la méthode d’argumentation d’un avis personnel étudiée en classe).
  • Tu feras figurer dans ton recueil le texte de chaque fable que tu illustreras par une ou des images (au moins deux oeuvres d’art) en indiquant les sources de ces images, et, si tu le souhaites, par des dessins personnels.

Rose a décidé de commencer son recueil par une courte biographie de Jean de La Fontaine, puis d’expliquer à quoi on reconnaît une fable et enfin de chercher à comprendre pourquoi les Fables sont aussi célèbres encore aujourd’hui.

Elle a souhaité intituler chacune de ses parties en la posant sous forme de question, pour attiser l’intérêt du lecteur.

Nous avons commencé par faire des recherches sur internet pour en savoir un peu plus sur la vie de Jean de La Fontaine. Rose a ensuite lu les documents trouvés, en surlignant les points qui lui semblaient le plus important.

Puis nous sommes passés à la phase de rédaction que je vous retranscris ici :

Situons-nous
Jean de La Fontaine a vécu sous le règne de Louis XIV avec qui il avait une mauvaise entente. Mais aujourd’hui, leur héritage reste encore très présent dans la culture française.

Qui était Jean de La Fontaine ?
Jean de La Fontaine est un écrivain français, connu pour ses fables qu’il a écrite au XVIIème siècle. Il naît le 7 juillet 1621 à Château-Thierry en Champagne. Il vit une enfance heureuse dans une famille aisée : son père était Maître des Eaux et Forêts.

Plus tard,  il étudie le droit, mais n’exercera pas le métier d’avocat. A la mort de son père, il hérite à son tour de la charge de Maître des Eaux et Forêts. C’est à cette époque qu’il commence à écrire. Jean de La Fontaine était sous la protection de Nicolas Fouquet, Surintendant des Finances du roi Louis XIV. Il fait la connaissance de Charles Perrault, Molière, Racine et Boileau.

Mais Fouquet fut arrêté par le roi et emprisonné à vie. L’écrivain le soutient, causant la haine de Colbert et entraînant de ce fait celle de Louis XIV.

Il commence par publier des contes puis ses Fables à partir de 1668. Depuis 1672, il fréquente le salon de Mme de la Sablière, qui lui donne l’hospitalité jusqu’à sa mort.

Au décès de Colbert, Jean de La Fontaine est élu pour le remplacer à l’Académie Française, malgré l’avis défavorable de Louis XIV.

Jean de La Fontaine est atteint par la maladie en 1693 à l’âge de 71 ans. Très affecté par la mort de son amie Mme de La Sablière, il perd goût à la vie et s’éteint le 13 avril 1695.

Il a connu le succès de son vivant, contrairement à beaucoup d’autres écrivains.

Aujourd’hui, plus de 300 écoles portent son nom en France.

C’est quoi une fable ?
Une fable est une courte histoire amusante qui met en scène plusieurs personnages, souvent des animaux personnifiés ayant des traits de caractères humains. Elle est écrite en vers et commence et se termine par une morale. Il y a 12 livres contenant au total 249 fables.

Dans le premier livre, il fait une dédicace adressée au Dauphin (fils du Roi) qui explique dans quel but il écrit ses fables : « Je chante les héros dont Esope est le père […] tout parle en mon ouvrage et même les animaux […] je me sers des animaux pour instruire les hommes ».

J’ai réfléchi à la raison pour laquelle Jean de la Fontaine a utilisé des animaux : je pense qu’ils ont un coté plus ludique, ce qui fait que la morale passe mieux.

Pourquoi Jean de La Fontaine est-il passé à la postérité ?
Ce qui l’a fait passer à la postérité, c’est son style d’écriture :
* les fables sont écrites en vers et avec des rimes, ce qui donne un rythme. Ca me fait penser à une chanson.
* la mise en page particulière : il y a à chaque début de phrase des majuscules et les phrases sont découpées, ce qui ne peut pas être modifié.
* les animaux ont l’usage de la parole, ce qui donne une touche de magie et rend le texte vivant. On peut s’imaginer un dessin animé dans notre tête, ce qui plait aux enfants.

Place ensuite au Top 4 des fables que Rose a préféré parmi celles qu’elle a lu.

En 4ème position, on trouve « Le laboureur et ses enfants ». Rose avait appris cette fable en Cm1, et elle la connaît encore par coeur.

2018-03-11 (28)

L’ avis de Rose
J’ai aimé cette fable car au début, j’ai compris qu’il y avait un secret (le père parle à ses fils sans témoins). Il leur dit qu’il y a un trésor caché et qu’il faut creuser et bêcher pour le trouver. Quand je lisais la fable, j’avais l’impression que les actions des fils défilaient dans ma tête, comme un dessin animé.
J’ai été surprise par la fin car j’ai compris qu’il n’y a jamais eu de trésor, mais que grâce à leur fouille, ils ont réussi à cultiver la terre. Je trouve que le père est rusé car il a dupé ses fils, mais pour leur transmettre la valeur du travail en jouant sur leur avarice et leur cupidité.
Mais finalement, ce dur travail leur a permis de s’unir pour se serrer les coudes. Alors que si le trésor avait été réel, je pense que le premier à le trouver l’aurait peut être gardé pour lui tout seul…

2018-03-11 (29)

Top 3 : « La poule aux oeufs d’or »

L’ avis de Rose
Cette fable m’a plu car j’y ai vu un aspect fantastique : cette poule qui pond des oeufs d’or est imaginaire. J’ai compris que Jean de la Fontaine visait deux défauts dans la fable : il dénonce d’une part l’avarice, mais aussi l’impatience.
En effet, le fermier a eu une grande chance d’avoir cette poule extraordinaire parmi sa basse-cour mais a gâché ce cadeau de la nature par son impatience et sa cupidité. S’il s’était contenté d’attendre pour que sa poule ponde ses oeufs d’or jusqu’à ce qu’elle meurt, il aurait pu être riche. Mais au lieu de cela, il a voulu exploiter sur le champ son trésor, mais l’a aussitôt perdu.
La morale de l’histoire est qu’il faut faire preuve de patience et savoir être raisonnable, en se contentant de ce que l’on a et en en profitant.

Une expression ?
Aujourd’hui, cette fable a donné vie à une expression courante : « tu as trouvé la poule aux oeufs d’or ! »

2018-03-11 (30)

Top 2 : « La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf »

L’ avis de Rose
Au début, le titre m’a interpellée, je me suis demandé : « mais comment une grenouille peut être aussi grosse qu’un boeuf ? »
Je trouve que Jean de la Fontaine ridiculise la grenouille (« pas plus grosse qu’un oeuf » – « la chétive »). Au début, c’est la grenouille qui se ridiculise elle-même car elle pense pouvoir être aussi grosse que le boeuf alors que cela est impossible. Elle demande à sa soeur à trois reprises si elle y est arrivée.
J’ai remarqué que sur le vers « envieuse, s’étend et s’enfle, et se travaille », les mots de la phrase ont la même syllabe, ce qui forme une répétition.
Je me suis fait un film dans ma tête où je voyais la grenouille grossis de plus en plus et cela m’a amusée. Le côté comique, c’est la grenouille qui enfle tellement qu’elle finit par exploser.
J’ai l’impression que Jean de la Fontaine veut nous faire passer un message : soyez vous-même, ne cherchez pas à jouer un rôle.
Mio aussi j’ai tendance à vouloir ressembler à d’autres personnes, même si au fond de moi je sais que c’est impossible.
C’est pour cette raison que la fable m’a plu car je me suis un peu identifiée à la grenouille, qui ne s’assume pas et veut ressembler aux autres.

2018-03-11 (31)

And the winner is : « Le lion et le rat »

2018-03-11 (32)

L’ avis de Rose
Dans cette fable, La Fontaine parle d’un lion et d’un rat, deux personnages très différents l’un de l’autre : le Lion représente l’aspect royal, la puissance, il est respecté des autres, majestueux…
Contrairement au Rat, qui inspire plutôt le dégoût, qui est sale, petit, répugnant…
Cette fable se déroule en deux temps : le premier, où le roi des animaux laisse la vie sauve au Rat qui a commit une imprudence.
Dans un second temps, alors que le Lion est pris dans un piège, le Rat lui apporte de l’aide avec patience et sagesse.
J’ai choisi cette fable car je me suis vite identifiée au Rat. Souvent on traite les personnes petites avec mépris, incapables de se défendre, inaptes à faire certaines choses.
Je comprends dans cette fable que tout le monde a une utilité et des compétences qui lui sont propres et que dans certaines situations, être petit est plus avantageux que d’être grand et fort.
J’ai remarqué qu’il y avait une seconde morale dans cette fable : lorsque le Lion est pris au piège, il se débat et s’énerve, mais cela ne l’amène à rien. Mais le Rat, grâce à son travail méticuleux et sa patience, arriver à le délivrer.

Pour terminer son travail, Rose a fait des recherches sur les exploitations plus « modernes » des Fables de la Fontaine. Elle a notamment trouvé une BD de Gotlib, datant de 1970, qui revisite de façon amusante la Cigale et la Fourmi.

Enfin, elle a trouvé plusieurs publicités qui reprennent le thème de certaines fables pour vanter les mérites d’une voiture ou d’une eau pétillante notamment…

En tout cas, que ce soit Rose ou moi, nous avons pris beaucoup de plaisir à entrer dans l’univers de Jean de la Fontaine, et personnellement, cela m’a permis d’avoir un nouveau regard sur ces oeuvres dont je n’avais que des souvenirs de récitation du temps de l’école primaire.

Et accessoirement, ce travail a valu à Rose la note de 16,5 / 20

Efin, pour clôre ce thème des Fables de la Fontaine, le professeur a demandé aux élèves de la classe de rédiger leur propre fable en groupe de 4 élèves. Voici la production de Rose et de ses trois camarades, qui leur a rapporté un 17/20.

Le lion et la grenouille

Une grenouille, agile et astucieuse, sortit de l’eau d’un lac.
Un lion, vaniteux et puissant, se réveilla de sa sieste et la vit.
« Que tu est laide et visqueuse ! » s’exclama le Roi des animaux
« Hors de mon chemin, bestiole ! »

La grenouille, fort indignée, répliqua :
« Comment un roi si majestueux que vous puisse manquer de respect à ce point à ses sujets ? »
« Tu oses me parler sur ce ton ! » hurla celui-ci,
« Tu seras châtiée de ta témérité ! »

« Soit, mais avant d’être châtiée, je veux vous prouver que je ne mérite pas d’être sous-estimée. Je vous convoque en duel ! ».

Le lion, qui ne voulait pas manquer une occasion de montrer qui il était, accepta le duel.
Les deux animaux allaient se défier à la course.

Le lion, qui était sûr de gagner, prévint tous les animaux afin que sa victoire soit mémorable pour eux tous.

La course commence,
Le lion prend l’avantage,
La grenouille applique alors son stratagème :
Elle se faufile entre les pattes du lion.
Celui-ci trébucha et pensa choir plusieurs fois.
Enragé, il décida de la dévorer sur le champs

Sous le regard étonné des autres animaux,
Le lion essaye en vain d’attraper cette horrible grenouille.
La chétive se dirigea vers son lac et sauta avec agilité dans l’eau profonde et claire.

Le maître des lieux, ne sachant nager, poussa un rugissement effroyable lorsqu’il fût dans l’eau.
La grenouille en sortit et lui cria :
« Sache, mon bon roi, que c’est double plaisir de tromper le trompeur ! »