Sortie scolaire en CP ~ Cueillette d’Automne

Lundi 15 octobre 2018, j’ai été sollicitée par la maîtresse de CP de Manech pour accompagner leur sortie scolaire dans un petit village de Meuse, sur le thème de la Cueillette d’Automne.

Je m’attendais à une sortie en forêt au cours de laquelle nous récolterions glands, marrons et autres feuilles d’automne.

Et bien j’avais tout faux ! Il s’agissait en fait d’une cueillette de fruits et légumes d’automne et ce fut une journée fort sympathique.

Il faut dire que nous avons bénéficié d’un temps magnifique, d’un soleil radieux et de températures plus que clémentes pour une mi-octobre.

Après une heure de trajet en autocar, nous sommes donc arrivés dans ce petit village typique de Meuse, aux maisons toutes mitoyennes.

IMG_3442

Après avoir repris des forces avec un petit goûter tiré du sac, les groupes ont été formés au sein des deux classes de CP.

Notre groupe est parti avec l’un des animateurs. Nous avons traversé la maison qui abrite l’Eco-Musée, pour nous retrouver dans le petit jardin donnant sur un verger, un potager et des champs à perte de vue.

Nous avons fait une étude rapide du paysage, pour distinguer le verger, le potager, les côtes, etc….

Une fois dans le verger, les enfants ont été invités à ramasser toutes les pommes tombées à terre, en laissant toutefois les plus abîmées, et à remplir de grands paniers.

Nous sommes ensuite revenus dans le jardin où l’animateur nous a expliqué comment nous allions procéder pour presser les pommes de notre récolte et obtenir ainsi un délicieux jus de pomme.

IMG_3453

Les mamans accompagnatrices ont été réquisitionnées pour couper les pommes en quatre. Les pommes sont ensuite passées dans un appareil qui les transforment en « frites », avant d’être ensuite pressées dans le pressoir.

Chaque enfant a eu la joie d’actionner à tour de rôle la manivelle et le pressoir.

Pendant ce temps, un autre groupe d’enfants a épluché des pommes et a confectionné des chips de pommes qui ont été passées au déshydrateur.

IMG_3493 - Copie_LI

A l’issue de cet atelier, le jus a été récolté, et les enfants ont découvert les résidus de pommes après pressage, dénommé « le gâteau ».

 

 

 

Nous avons alors pu déguster chips et jus et c’était vraiment délicieux.

IMG_3515 - Copie_LI

Est alors arrivé l’heure du déjeuner ! Nous avons pique-niqué à l’ombre des pommiers, c’était un moment vraiment très très agréable de pouvoir encore profiter de la douceur de l’air de ce début d’automne !

Nous avions la compagnie d’une demoiselle mule issue de l’union d’une jument et d’un âne, prénommée Surprise mais surnommée Mulette !

Après la pause déjeuner, nous avons enchaîné sur un second atelier, lui-même scindé en deux (les deux groupes permutent bien sûr à la fin de chaque atelier)  : un groupe d’enfants a travaillé sur les quatre saveurs (salé, sucré, acide, amer).
Après leur avoir posé des questions sur les cinq sens (vue, odorat, ouïe, toucher et goût), il s’agissait de s’intéresser plus particulièrement au goût en leur expliquant que leur langue leur permet de reconnaître les quatre saveurs évoquées.

Et une petite mise en pratique s’imposait : nous disposions de quatre petits verres contenant chacun l’une des quatre saveurs. Nous devions faire goûter une goutte de chacune des saveurs afin que les enfants les identifient, puis de procéder à une dégustation à l’aveugle.

Cet atelier a été très apprécié des enfants qui ont beaucoup ri au moment de la dégustation.

Je n’ai pas pu prendre de photos car il s’agissait d’un atelier à réaliser en autonomie et la maîtresse m’avait demandé de bien vouloir l’animer.

Le second groupe d’enfants a réalisé de la soupe de légumes anciens, après les avoir épluchés et fait une dégustation à l’aveugle.

 

Certaines saveurs n’ont pas forcément été appréciées ! et oui, le poireau cru, ça pique !!

Ensuite, nous avons enchaîné par une petite visite du village, au cours de laquelle la maîtresse leur a fait remarquer les particularités d’un village lorrain (maisons mitoyennes, jardinet à l’arrière des maisons, granges attenantes avec leur portes arrondies caractéristiques, grands trottoirs, dénommés usoirs, où se trouvaient les animaux…).

IMG_3535 - Copie_LI

Et pour achever cette chouette journée, les enfants ont fait une chasse aux légumes du potager : munis d’une feuille plastifiée représentant un certain nombre de légumes, ils avaient pour mission de les retrouver dans le potager et de les entourer sur la feuille.

Ce fut une journée très riche et bien fatigante, mais particulièrement appréciée et ressourçante !

 

 

Apicool, à la découverte des abeilles

Le 16 juin dernier, nous avons eu la chance de participer à une sortie avec une association de familles pratiquant l’IEF (Instruction en Famille). Il s’agissait d’une visite chez un apiculteur bio de notre région.

Au départ, je comptais y aller avec trois des enfants, Mistinguette, P’tit Pirate et Pimprenelle, estimant que pour les deux plus grands, scolarisés, manquer une journée d’école au mois de Juin ne porterait pas à conséquence.

Malheureusement, cette journée avait lieu le même jour que la sortie scolaire des Cm1 de ma fille et des Petites Sections de mon fils, qui partaient respectivement visiter une cave à vin, le Château du Haut-Koenigsbourg et la Volerie des Aigles en Alsace, et une ferme pédagogique.

Je me suis donc rendue à cette sortie avec juste ma petite Pimprenelle de 2 ans 1/2. Le temps n’était malheureusement pas de la partie et nous avons essuyé moultes averses, mais à part ce petit bémol, ce fut une magnifique journée, qui m’a fait un bien fou, et m’a conforté dans ma démarche de consommer différemment.

Nous avons rencontré Mickaël et Karine, tous deux passionnés par le monde des abeilles et qui nous ont transmis leurs connaissances de manière passionnante !

Après avoir assisté au départ en bus de Mistinguette à 6h45, puis à celui de P’tit Pirate à 8h30, c’est le cœur un peu lourd que nous avons pris la route, Pimprenelle et moi, pour rejoindre le jardin de Mickaël, situé à une quarantaine de kilomètres de chez nous.

Nous avons été accueillis de manière fort sympathique par Karine et Mickaël, à renfort de café pour se réchauffer un peu. Pimprenelle y a retrouvé sa copine Luce et en était très heureuse.

IMG_5195

La journée a démarré par un petit historique raconté par Mickaël, qui m’a d’emblée passionnée : j’ai appris que l’apparition de l’abeille sur terre était antérieure à celle de l’homme et que des fossiles d’abeilles avaient été retrouvés dans de l’ambre avec une datation de la fin du Crétacé (65 millions d’année), c’est à dire au moment de la disparition des dinosaures. On suppose même que leur apparition serait antérieure à 65 millions d’année, puisque l’on a retrouvé des fossiles de fleurs comportant des organes mâles et femelles séparés, nécessitant donc un agent polinisateur.

Mickaël nous a présenté un modèle ancien de ruche et nous a expliqué en quoi le fait de faire des ruches carrées était une erreur, puisque les ruches naturelles se créent souvent dans des structures circulaires comme les troncs d’arbres, attirant notre attention sur le fait que dans la nature, la force nait souvent d’un espace circulaire.

IMG_5186

Il nous a expliqué en quoi consiste les différents produits issus des abeilles : miel, cire, gelée royale, propolis.

IMG_5188

Nous nous sommes ensuite rendus dans la miellerie, pour voir comment est récolté le miel. Nous avons pu goûter des « chewing-gum » au miel, en enrobant de petits morceaux de cire avec du miel et en les suçant.

Tout en nous expliquant chaque étape de la récolte, Mickaël nous a sensibilisé à une apiculture respectueuse et biologique, et nous a fait ressentir la passion qui l’anime pour ces petits insectes.

Je vois les choses d’un tout autre œil aujourd’hui, et cela m’a émue de me rendre compte comment, une fois encore, l’homme exerce, sans aucun scrupule, sa toute puissance sur les animaux et la nature. J’ai réalisé grâce à Mickaël que le miel est un aliment rare et précieux, qui, par le passé, ne pouvait être consommé durant toute l’année, mais que l’industrialisation l’a transformé en aliment des plus banal que l’on n’apprécie plus à sa juste valeur, que l’on dénature pour en faire un aliment « bas de gamme ».

Nous avons ensuite rejoint Karine, dans le jardin, qui nous a parlé cette fois, non plus des abeilles sociales, mais des abeilles solitaires. J’ignorais totalement qu’il existait des abeilles ne vivant pas en ruches… Elle nous a expliqué comment elles pondent dans de petits tunnels, en séparant les mâles des femelles, puis rebouchent le tunnel jusqu’au prochain printemps.

Elle nous a ensuite fait un numéro de domptage de bourdon et j’ai été impressionnée de voir avec quelle confiance elle prenait l’insecte sur son doigt.

IMG_5255.JPG

Elle l’a même fait caresser par les enfants présents dont ma Pimprenelle. Enfin, moi qui suis totalement phobique des insectes et plus particulièrement de ceux qui piquent, j’ai caressé le bourdon !!

13446198_10209164877497529_1868227305_o

Nous sommes ensuite, munis de petites boîtes, parties à la recherche d’insectes et Pimprenelle est repartie avec une abeille dans sa boîte (pas grâce à moi, je dois l’avouer, mais à une maman moins craintive que moi). Elle n’était pas peu fière !

Les enfants ont ensuite fait un petit jeu, pour chercher à remettre dans l’ordre les photos du cycle de vie de l’abeille.

IMG_5229 - Copie

Karine nous a informé sur les différentes sortes d’abeilles solitaires et nous a présenté les différentes parties du corps de l’abeille.

Ce fut alors l’occasion de faire du Land Art, en dessinant une abeille, à l’aide d’éléments trouvés dans la nature environnant.

Voici notre œuvre, réalisée en collaboration avec Zoé

Il y avait parmi nous de vrais artistes !

IMG_5268

Enfin, arriva le moment tant attendu de revêtir la tenue d’apiculteur et d’accompagner Mickaël au contact de ses abeilles.

Ce fut très impressionnant de voir ce foisonnement et d’entendre ce bourdonnement. Dans cette ruche, se trouvent environ 45.000 individus !

Mickaël peut plonger la main à l’intérieur, sans aucune protection !

Nous avons enfin participé à une « chasse aux fleurs », où il s’agissait de découvrir, à l’aide de petites énigmes, le nom des fleurs nous entourant dans le jardin de Mickaël. J’ai découvert toutes sortes de fleurs qui m’étaient inconnues, et pour chacune, Mickaël nous donnait des précisions. Une fois encore, j’ai appris que certaines espèces avaient quasiment disparues de nos champs, remplacées par le maïs et le soja.

Nous avons clôturé notre journée par un goûter de tartines au miel et à la confiture et j’ai pris soin d’acheter plusieurs pots de miel et de pollen.
Le miel produit par Mickaël étant vendu dans un magasin bio près de chez moi, je sais désormais que je n’achèterai plus de miel en grande surface et que je soutiendrai ainsi cet homme authentique et passionné. Et pour mon plus grand plaisir, puisque le miel de ses abeilles est savoureux et parfumé !

Je suis rentrée de cette journée enchantée, comme ressourcée par la découverte de ces choses toutes simples que l’on ne voit même plus.

Mon seul regret est de ne pas avoir pu en faire profiter le reste de la famille. Mais j’ai l’intention de recontacter Karine et Mickaël pendant les vacances pour envisager une nouvelle visite avec la famille au grand complet.

La Nuit des Batraciens

IMG_3391.JPG

Nous avons participé, toujours avec notre association nature, à une rencontre nocturne avec les batraciens qui colonisent mares et flaques d’eau en cette saison.

L’occasion d’une visite des points d’eau de la forêt, de nuit, en silence, et à la lueur des lampes de poche ou frontales.

C’était une approche vraiment originale et sympa que de patouiller dans la gadoue, à la nuit tombante, puis dans la nuit complète !

Pour l’occasion, j’avais acheté deux lampes de poche rigolotes pour P’tit Pirate et Pimprenelle (de la marque Melissa et Doug), qui feront de toutes façons de l’usage, ne serait-ce que pour s’éclairer quand ils se cachent dans les cabanes qu’ils construisent dans la maison…

La ballade a commencé à 20h00, il faisait encore jour.

Puis la nuit a commencé à tomber, modifiant l’atmosphère et nos perceptions

Nous avons pu observer des tritons et ceux qui le souhaitaient ont pu les prendre dans les mains, sans oublier de les mouiller préalablement pour ne pas blesser l’animal

Ensuite, les animaux ont été relachés dans leur milieu naturel

Nous avons malheureusement dû interrompre ici la ballade, ma petite Pimprenelle s’étant endormie dans mes bras et devenant bien lourde à porter.

Mais ce fut une expérience vraiment très sympa, qui a plu à toute la famille des plus petits à la plus grande !


Sortie Naturaliste – Le Beerenweg tout en couleur !

« Sillonner la forêt, surmonter le ruisseau par ses ponts, traverser la grande hêtraie, écouter les bruits du vent et le chant des oiseaux, découvrir la vie dans le ruisseau… une balade ressourçante pour toute la famille ! » = voilà comment était présentée cette sortie par notre association nature.

Et ce fût en effet encore une sublime balade en forêt ce matin !

Dans la brume matinale, nous avons découvert plein de choses grâce à notre guide, qui attire notre attention sur les petits détails ou les petites bêtes que l’on ne voit pas.

Cette fois-ci, nous étions au complet et même ma grande Ballerina de presque 13 ans a passé un excellent moment qu’elle souhaite renouveler au plus vite !

Je vous laisse profiter de ce magnifique paysage automnal…

Sortie Naturaliste – à la découverte des champignons

12183997_762882140504724_549044998795706247_o

Il y a peu, j’ai découvert une association nature à deux pas de chez nous.

C’est exactement le petit coup de pouce dont j’avais besoin pour m’inciter à sortir plus dans la nature avec les enfants !

Ce dimanche matin, nous avons donc participé, avec grand bonheur, à notre première sortie, à la découverte des champignons. Cela a été de plus instructif, surtout pour moi qui n’y connaît absolument rien.

Et que c’est agréable de prendre l’air, de revenir aux choses simples et saines et de partager cela avec les enfants.

 

Ma Mistinguette de 9 ans (presque 10 !) a immédiatement sympathisé avec d’autres enfants du même âge qu’elle n’a pas quitté de toute la ballade.

Les deux petits ont pris plaisir à observer et cueillir les champignons, mais surtout à crapahuter dans la forêt et sauter dans les flaques d’eau.

Ma Pimprenelle de tout juste deux ans a marché deux heures durant sans demander à être portée ! Elle m’a vraiment étonnée par son endurance.

885933_762882550504683_3676199449575032085_o

Une bien belle matinée dans la forêt d’automne…