~ Les Histoires noires de la mythologie ~ Un piège pour Iphigénie ~

téléchargement

Deuxième tome de la collection sur lequel nous avons travaillé avec Rose « Un piège pour Iphigénie », de Evelyne Brisou-Pellen.

L’arbre généalogique Iphigénie

Atrides

Le Mythe d’Iphigénie

Iphigénie vit à Mycènes et est la fille du Roi Agamemnon et de Clytemnestre.

Agamemnon est lui-même le frère de Ménélas, époux d’Hélène dont l’enlèvement par le troyen Pâris est à l’origine de la Guerre de Troie. Le roi et son frère sont en guerre contre Troie pour tenter de récupérer Hélène, elle-même soeur de Clytemnestre.

Le roi fait parvenir une missive à Clytemnestre lui demandant de venir avec sa fille le rejoindre à Aulis pour la marier.
Une fois arrivée, Iphigénie tombe sous le charme d’un jeune et beau guerrier blond répondant au nom d’Achille. Elle espère qu’il est le futur époux choisi par son père.

Agamemnon laisse entendre à son épouse qu’il a effectivement l’intention de marier Iphigénie à Achille. Lorsque Clytemnestre en parle à l’intéressé, celui-ci n’est pas au courant et se fâche de n’avoir pas été consulté.

Malheureusement, il s’avère par la suite que le mariage n’était qu’un prétexte pour faire venir Iphigénie ; en effet, la flotte d’Agamemnon est immobilisée à Aulis depuis des semaines dans l’attente du vent qui ne vient pas.

Le devin Calchas apprend à Agamemnon qu’il subit là la vengeance d’Artémis, déesse de la chasse, qui lui tient rigueur de s’être vanté d’être plus habile à la chasse qu’elle. Artémis demanderait la fille d’Agamemnon en sacrifice pour laisser partit l’armée ! Il s’agirait d’une malédiction subie par les descendants d’Atrée, père d’Agamemnon.

Achille, Clytemnestre et d’autres complices tentent de faire fuir Iphigénie pour la soustraire au sacrifice qui l’attend. Mais celle-ci refuse, estimant que les Dieux ont parlé et qu’elle se doit d’accepter l’accomplissement de son destin.

Iphigénie monte à l’hôtel pour être sacrifiée. Elle est seule, ayant demandé à sa mère de ne pas assister à son sacrifice, et son père n’ayant pas le courage de la regarder mourir. Seul Achille la soutient moralement.

A moment fatidique, Artémis intervient, substitue une biche à la jeune fille et l’emmène avec elle.

A peine le sacrifice achevé, le vent se met à souffler et on entend le claquement des voiles qui se détendent…

Mieux connaître Iphigénie

carte-origine-heros-guerre-troie

  • L’origine d’Iphigénie 
    Iphigénie n’a jamais existé, elle n’est pas une figure historique mais a une origine légendaire essentiellement liée à la Guerre de Troie.
    Pour autant, elle relate un fait ayant existé historiquement : le sacrifice humain qui fut probablement pratiqué dans la Grèce antique.
  • Iphigénie et la tragédie
    Tout comme le mythe d’Œdipe que nous avons étudié précédemment, Iphigénie est typiquement ce que l’on appelle une tragédie en langage théâtral. Du début à la fin, l’héroïne lutte pour échapper à son destin tragique. Mais rien n’y fait ; les dieux sont contre elle et rien ne pourra la sauver. Bien au contraire, c’est elle qui sciemment, alors qu’elle a l’opportunité de tenter d’échapper à ce destin écrasant, se soumet et l’assume.Oeuvres majeures :
    Iphigénie en Tauride et Iphigénie à Aulis d’Euripide (414 et 405 av. J-C)
    Iphigénie [en Aulide] de Racine (1674)
    Iphigénie en Tauride de Goethe (1787)
    Iphigénie de Gluck (opéras de 1773 et 1778)Sa métamorphose finale en biche valu à Iphigénie de figurer au rang des Métamorphoses du poète latin Ovide, long poème racontant les transformations miraculeuses subies par différents héros de la mythologie grecque.

    Cette oeuvre, très lue au Moyen-Age a permis la diffusion de l’histoire d’Iphigénie à travers l’Europe.

  • Iphigénie et la peinturetéléchargement (2)La plus ancienne représentation d’Iphigénie a été retrouvée sur le mur d’une maison de Pompéi et est conservée au Musée archéologique de Naples. Cette oeuvre serait la copie d’une fresque du peintre grec Timanthe, exécutée au Vème siècle avant Jésus -Christ. (à gauche, Agamemnon qui dissimule son visage en signe de deuil – à droite, le devin Calchas, un poignard sous le menton – portant Iphigénie, à gauche, Ulysse, et à droite Diomède).478803

    Les représentations picturales sont nombreuses, dont celle de Bertholet Flémal conservée au Musée du Louvre à Paris.

Les figures d’Iphigénie

Victime expiatoire innocente par laquelle on rachète une faute et
Victime propitiatoire, grâce à laquelle on se concilie les dieux, les rendant bienveillants.

Il y a une analogie avec le sacrifice d’Isaac dans la Bible.

« Ce sauvetage intervient dans la légende à l’époque où les hommes estiment inconcevable qu’un dieu puisse réellement exiger un sacrifice humain. On résout cette contradiction (exiger un sacrifice, puis sauver la victime) en faisant du prêtre l’interprète malhonnête, voire malveillant de la volonté divine. »

La malédiction des Atrides

Atrée, père d’Agamemnon, son frère Thyeste, leur ancêtre Tantale, ont commis des crimes atroces : infanticide et sacrifices humains, fratricide, inceste…

Une terrible malédiction touche leur descendance : Agamemnon et ses enfants Iphigénie, Electre et Oreste qui commettront ou subiront tous des forfaits terribles : meurtre d’un enfant par son père, du père par son épouse, de la mère par son fils…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s